• A mes amours morts

    Qui ne sont jamais nés,

    Loin maintenant jetés,

    Plus de regrets de mon corps.

     

    Passer à autre chose,

    Fini l'overdose,

    Juste le parfum des roses

    Qui m'arrose enfin, je me pose.

     

    De nouveau la raison,

    Je suis à la maison

    Près d'un feu de cheminée,

    Le bois peut se consumer.

     

    Maintenant, apprécier les couleurs du ciel,

    Après la pluie, l'arc-en-ciel,

    La douceur du miel,

    En moi, la vie s'éveille.

     

    Un tête-à-tête,

    Un mot qui se répète,

    L'amour,

    Qui voit le jour.

     

    Je pense à elle,

    Celle qui sera mon soleil,

    A laquelle fidèle,

    Mes sentiments toujours en éveil.

     

    La chérir jusqu'à l'aurore,

    Les bougies comme décor,

    Faire vibrer nos corps,

    Chaque nuit, nos corps à corps.

     

    Pour s'aimer au-delà,

    Pour aller là-bas,

    Chanter nos joies,

    Aux sources de nos ébats,

    Aux cris de nos éclats,

    A nous, notre loi.


    votre commentaire
  • "Les seules choses vouées à l'échec

    sont celles que l'on ne tente pas."

    - Paul Emile Victor -


    votre commentaire
  •  

     

    "La porte du changement

    ne peut s'ouvrir

    que de l'intérieur."

    - Jacques Salomé -


    1 commentaire
  • La liberté

     

    Toi la liberté me vois tu souffrir ?

    Toi la liberté es-tu si libre ?

    Tiens une envie indicible de te conquérir

    Pourquoi pas trouver cet équilibre.

     

    Je ne te demande pas de me chérir

    Ni de me donner gagnant à chaque instant.

    Je te propose juste de m'épanouir

    Ainsi te devancer en mon temps.

     

    Afin d'aimer mon prochain

    Pour s'approcher du divin

    Me tendras tu la main ?

    Quand dans les moments d'un demain

     

     

    Tu m'apporteras ce dont j'ai besoin

    Faut il encore le mériter

    N'est ce pas là le secret à vérifier

    Bien sûr je me battrais pour en prendre soin

     

    La liberté es-tu si libre ?

    Quand mes yeux vibrent

    Pour toi dans ton indépendance

    Cela n'es-il pas une naissance

     

    S'habiter à toi est un défi

    Qui ne laisse aucun répits

    Crois tu en la Providence ?

    Quand moi je doute de cette évidence

     

    Ne faut il pas oser, oser

    Pour pouvoir te dire que je suis avec toi

    Car sans toi on ne peut qu'être arrosé

    Et ainsi grandir son moi

     

     

    Je devine des histoires folles

    Soyons dans cette vie plus rock-en-roll

    Peut-être pourrons nous alors t'aimer

    Sans jamais oublier à t'assumer

     

    Oui la liberté est une aubaine

    tu es le Sacré

    Dans ce monde glacé

    Mais tu nous réchauffes aussi les veines

     

    Et nous accorde des droits

    Pour nous permettre d'être à l'endroit

    Là où on doit se trouver

    Pour vivre au milieu d'un moment retrouvé.


    4 commentaires
  • La Vie – Mode d'emploi

     

     

    Réparer des hommes brisés?

    L'enjeu de ce jeu est de taille!

    Mais pour autant que vous sachiez

    Voir la Vie, sans dénie, sans faille,

    D'un humour plus humoristique,

    En pensant, - oui! ça se travaille… -,

    Que votre cœur, en mosaïque,

    Devient un splendide vitrail!

     

    Vraiment, tout n'est-il pas question

    Uniquement du point de vue

    Que l'on accorde à sa raison

    Dans la plus honnêteté nue,

    Du poids que nous mettons aux choses

    En nous limitant  nos moyens,

    Quand le Bonheur en overdose

    Ne peut que vous faire du bien!

     

    On peut oublier le passé

    En lui donnant moins d'importance.

    Un simple secret révélé:

    Tout s'acquière dans la patience!

    Ainsi quoi de mieux que l'école,

    Pour rassembler tous les morceaux

    De l'existence, vôtre et folle,

    Que vous auriez mise en lambeaux…!?

     

    L.


    votre commentaire